Alors que la société Transpalux vient de sauver les studios de cinéma de leur disparition, les deux associations qui furent en pointe dans la défense du «Hollywood-sur-Marne» s’en prennent à Euro Media, l’ancien exploitant.Source