Dans le premier roman de Steven Boykey Sidley, l’humour et la mélancolie forment un cocktail métaphysique pour aborder le sujet de la crise de la quarantaine.Source